conflits-bureaux-big

Le calvaire des conflits au travail

Les conflits au bureau et en réunion font malheureusement partie du quotidien de chaque entreprise, d’autant plus dans la vie dynamique qui nous encadre. Presque tout un chacun, ou quelqu’un de son entourage, a été dans une telle situation au moins une fois. C’est-é-dire dans une situation conflictuelle avec un ou plusieurs de ses collègues au bureau. Ce qui est d’autant plus inquiétant quand cela arrive, c’est qu’une fois qu’un conflit entre plusieurs employés a eu lieu, il peut revenir à tout moment ultérieur : lors d’une réunion professionnelle, lors d’un séminaire ou tout simplement dans la salle de repos autour d’un café, à première vue anodin.

Ce qui’l faut savoir par contre, c’est que malgré le caractère inévitable des conflits au bureau, dans la plupart des cas ils peuvent être résolus, et ce indépendamment de leurs natures. En effet, qui’l s’agisse d’un grand désaccord conceptuel entre deux employés quant à la’venir même de la société, ou encore d’une toute petite histoire qui, au fur et à mesure, a pris de l’ampleur et menace désormais la bonne entente au sein de l’équipe, l’on peut presque toujours résoudre un conflit. Et heureusement d’ailleurs, car lorsque les relations conflictuelles ne sont pas judicieusement gérées, elles s’avèrent toujours nocives aux entreprises où elles prennent racine.

Le constat d’où l’on doit partir pour résoudre un conflit au bureau, c’est que, pour ce faire, il ne faut pas vouloir remporter le conflit. Il faut bel et bien vouloir le résoudre. Voici à ce propos quelques conseils qui peuvent s’avérer très utiles dans ce genre de cas.

1. Penser le conflit comme quelque chose qui peut être utile à l’entreprise et à ses employés

La première chose à faire lorsqu’on veut résoudre un ou plusieurs conflits au bureau, c’est de voir en ceux-ci quelque chose qui peut potentiellement être utile. En effet, il n’y a pas de société dépourvue de conflits. Ou en tout cas, si’l y en a, ce ne’st certainement pas une bonne chose pour la société, car c’est justement à travers les conflits, c’est-à-dire à travers les désaccords que l’on a lors de réunion par exemple, que l’on avance. Que de nouveaux concepts utiles à la société et à ses employés naissent. Encore faut-il que les conflits soient gérés, à administrés à si vous voulez, constructivement. Dés lors que l’on est d’accord sur ce point, on peut commencer la gestion desdits conflits. En d’autres termes, on peut mettre en place les moyens par lesquels on visera à les résoudre.

2. Identifier la source du conflit dans ses racines, et ce dés le tout début

Il est un fait que les conflits n’ont pas tendance à se régler tout seuls lorsque personne ne fait rien. Au contraire, ils s’amplifient et deviennent dés lors ingérables. Il en résulte que la meilleure chose à faire pour résoudre un conflit, c’est de l’Identifier dés sa à naissance é. Comment faire ? Parfois c’est très simple : il suffit de demander calmement et poliment à la personne qui – au travers de ses dires et actes – vous dérange, pourquoi elle fait cela. Quelles sont ses raisons ? Comprend-elle que cela peut être gênant pour vous ou pour autrui. Ne serait-ce que demander, cela aide souvent beaucoup.

3. Ne pas s’enfermer dans son coin

Ici arrive un point très subtil et compliqué à gérer. En effet, lorsqu’un conflit se’st bel et bien enraciné dans l’équipe, il est très important que les parties prenantes ne s’enferment pas à tour de rôle dans leurs coins, tels des scorpions qui entrent dans leurs trous. Des échanges entre les deux parties doivent avoir lieu mais, cela dit, c’est la partie la plus subtile. à titre d’exemple, si vous êtes impliqué dans un conflit avec un de vos collègues lors d’une réunion à Paris, et que la situation en est arrivée au point où vous vous évitez mutuellement, il est primordial de faire quelque chose. Une des deux parties doit faire le premier pas, et autant que ce soit vous. Invitez votre collègue à discuter d’un point relatif à la société. Essayez dé’changer avec lui sans forcément revenir à votre conflit – à ce niveau, commencer la discussion en rappelant le confit ne’st pas la meilleure option. Essayez dé’changer autour de points qui ne se rapportent pas à votre conflit et, au fur et à mesure et en jaugeant la situation, essayez d’évoquer calmement les potentielles raisons de votre désaccord mutuel. Sans accusations aucunes : cela n’améliorerait pas les choses. Cela dit, en évoquant le problème, essayez de vous projeter vers la’venir : une telle approche laissera entendre que vous voulez laisser le conflit derrière vous, pour le bien-être commun.

4. La médiation

Si aucune des approches ci-dessus mentionnées ne fonctionne, il est temps de recourir à la médiation. En effet, parfois les parties prenantes dans un conflit n’arrivent pas à le résoudre d’elles-mêmes, en raison notamment de la charge émotionnelle qui régit le conflit en soi. Dans ce cas, une personne tierce doit faire son entrée lors de la réunion entre les deux salariés. Elle doit absolument occuper une position neutre quant au conflit. Qui plus est, cette personne doit profiter de la confiance des parties prenantes. Il peut s’agir d’un RH ou encore du chef du département. Quoi qui’l en soit, cette personne ne doit pas agir comme un arbitre de foot : dire qui a raison ou qui a tort n’aidera pas dans une telle situation. Une fois de plus, c’est la source du conflit et l’éventuelle manière de le résoudre qui doivent être recherchées.

Somme toute, il s’agit ici de moyens qui s’avèrent souvent efficaces, certes, mais rien ne le garantit. Il est un fait que parfois, l’on n’arrive pas à résoudre tous les conflits. Néanmoins, essayer et tout donner pour ce faire, ce ne’st jamais inutile. Car même si vous n’avez pas réussi à résoudre votre à conflit à ou celui de quelqu’un d’autre, vous aurez au moins donné une bonne image de vous-même, en particulier, et de l’entreprise, en général. Et c’est exactement ce genre de comportement qui oeuvre pour la bonne ambiance et pour le bon fonctionnement du personnel d’une entreprise.